Préface

Zelda Chesneau

Université Rennes 2, Cellam – EA 3206

Université Laval de Québec


Il aura fallu le hasard de la vie, incarné dans des retrouvailles inattendues, pour que le Laboratoire des Imaginaires prenne vie. D’une idée lancée un peu comme un défi émergera quelques mois plus tard notre association.

Le Laboratoire des Imaginaires

Le Laboratoire des Imaginaires est le fruit d’une amitié née pendant nos études. La plupart d’entre nous s’est rencontrée en master Lettres à l’Université Rennes 2. Nous avions des parcours de vie différents et une certaine réserve qui nous a tenu·e·s à distance cordiale les un·e·s des autres pendant quelques mois. Mais nous avions deux points communs d’importance : les littératures de l’imaginaire, bien sûr, et, pour celleux qui étaient en recherche, notre directrice, Charline Pluvinet, maîtresse de conférence en littérature générale et comparée.

Celle-ci a été notre entremetteuse. Sous sa direction bienveillante et sur ses conseils, nous nous sommes rapproché·e·s afin de nous accompagner mutuellement dans nos travaux. À l’époque, je ne connaissais quasiment rien à mon domaine de recherche, la science-fiction, et les quelques conversations que nous avions ensemble m’apportaient un soutien certain. C’est dans ces petits riens qu’a fini par émerger la conscience d’une adelphité de l’imaginaire. Même si nos intérêts étaient éloignés les uns des autres, nous étions lié·e·s par cette catégorie culturelle.

Ce lien a perduré après la fin du master et c’est grâce à lui que nous nous sommes retrouvé·e·s, un soir, pendant lequel nous avons échangé sur nos souvenirs d’étude. Une discussion enflammée plus tard, nous arrivions au même constat. Nous avions gardé le goût doux-amer d’un milieu universitaire quelquefois réticent, quelquefois désœuvré face à nos travaux. Il est vrai que l’imaginaire, au sens où nous l’entendons, est encore parfois marqué par le sceau de l’impropre. Issu des cultures populaires, multimédiatiques1, à la fois omniprésentes et mal connues, il s’est élaboré à la marge de l’institution. Bien que les portes du ghetto2 soient tombées depuis longtemps, la relation entre les deux n’est pas toujours aisée, en particulier pour les étudiant·e·s souhaitant s’y consacrer dans le cadre de leur diplôme. Notre adelphité était née dans nos lectures, mais aussi dans la conscience de cette marginalité. Ainsi, avec celleux qui nous ont rejoint en cours de route, avons-nous décidé de créer un pont, à notre échelle, grâce au Laboratoire.

Porté par le marrainage de Mme Pluvinet, son objectif premier est d’accueillir et de promouvoir les travaux des étudiant·e·s abordant ces objets. Accueillir, pour soutenir la curiosité des masterant·e·s et les amener à envisager une pratique de recherche décomplexée. Promouvoir, pour mettre en valeur masterant·e·s, doctorant·e·s et objets d’études.

À l’origine centré·e·s sur la littérature, nous avons souhaité étendre notre questionnement et notre terrain de recherche. De fait avons-nous fini par reconnaître collectivement les « cultures de l’imaginaire ». Il s’agit des œuvres littéraires, bien sûr, mais également des productions issues des autres domaines liés aux sciences humaines et sociales qui abordent des objets similaires : les arts plastiques, le cinéma, le jeu vidéo… En somme, toute discipline qui pourrait s’emparer des enjeux qui nous occupent. D’un point de vue thématique, nous nous intéressons à l’émergence de l’inconnu dans la fiction3, cet inconnu pouvant relever du merveilleux, du fantastique ou du futurisme scientifique. Ceci renvoie communément aux textes qui se cachent derrière le sigle sfff4, mais pas seulement – et c’est ce que prouve cet ouvrage. D’autre part, les cultures de l’imaginaire ne sont pas uniquement des objets culturels : elles sont aussi des pratiques. Les perspectives sociologique et économique qui accompagnent, conditionnent ou favorisent leur développement nous paraissent cruciales. Y aurait-il une telle richesse dans ces milieux sans l’assiduité du premier lectorat de pulp magazines ? Sans l’émergence de fandoms et la section du « courrier des lecteurs », sans les conventions, sans les forums de discussion sur internet, sans les librairies spécialisées ? Évidemment ici, nous voyons l’aspect contemporain de ces cultures. Ces pratiques communautaires se sont développées en parallèle de celles-ci à partir du XIXe, mais surtout au XXe siècle. Parce que la culture classique est déjà ancrée dans la recherche et les institutions, nous préférons nous concentrer sur ce qui ne l’est pas encore ou pas assez. Les cultures de l’imaginaire en sont les héritières, mais elles méritent d’être traitées à part entière. En somme, ce que nous visons se trouve dans ces quelques mots : diversité disciplinaire, homogénéité thématique5.

Le Projet « Espaces Imaginés »

Dans cette perspective, le projet de monter un colloque de jeunes chercheur·euse·s est venu naturellement. Nous souhaitions créer une ouverture qui nous permette de réunir celleux qui avaient quelque chose à dire et qui aspiraient à le faire dans un cadre académique rigoureux, bienveillant et professionnalisant. Nous espérions que l’état d’esprit dans lequel nous étions dans le bassin rennais aurait des échos dans les autres régions de France. Mais monter un projet de cette envergure sans expérience et sans certitude quant à sa réussite a été un défi pour tou·te·s les membres qui s’y sont consacré·e·s pendant presque un an. Quelle n’a pas été alors notre heureuse surprise de recevoir de si nombreuses propositions de communication, toutes plus passionnantes les unes que les autres ! Après des délibérations animées, vingt-deux ont été retenues pour donner corps à un colloque international de trois jours qui s’est tenu du 4 au 6 mars 2020, à Rennes. Vous tenez dans vos mains le résultat final.

Donner un espace, de parole, de partage, c’est bien le cœur de notre projet associatif. Aussi est-ce assez naturellement que la thématique des « espaces imaginés » est apparue lors de la préparation de ce premier ­colloque.

L’espace a un rôle prépondérant dans l’imaginaire en ce qu’une de ses particularités est justement de créer des mondes. Que ce soient les terres légendaires de l’heroic fantasy, les empires galactiques de la ­science-fiction de l’âge d’or ou les mondes des créatures lovecraftiennes, les media de l’imaginaire se caractérisent par ce développement hypertrophié d’une topographie fictive. Comme nous le rappelle Xavier Mauméjean dans son avant-propos, l’espace est constitutif de notre expérience. Son caractère imaginaire ou fantasmé ne lui enlève rien de ce qu’il permet de nous définir par rapport à lui. Plusieurs articles de ce volume le démontrent bien : la porosité avec la fiction tend à augmenter l’espace réel plus qu’à le nier. Hobbitbourg en Nouvelle-Zélande, l’architecture de New Babylon ou les installations des artistes arabes contemporaines ont cela en commun qu’elles nous apportent un complément de perceptions par l’incarnation de l’imaginaire qu’elles offrent. Une nouvelle réalité naît de cette ­transgression des frontières.

Cependant, la transgression se fait parfois dans ce qui semble être une hémorragie. Lorsque la thématique a été choisie, nous étions loin d’anticiper à quel point elle serait d’actualité. En effet, l’espace, au cours de l’année 2019-2020, s’est redéfini, une première fois, comme celui de la contestation. Le colloque s’est tenu en plein mouvement d’opposition aux réformes gouvernementales, notamment celles concernant l’université et la recherche. Alors que nous cherchions à repousser les restrictions institutionnelles et idéologiques dont nous avions souffert au cours de nos études, tout le système semblait vouloir nous faire taire, nous, nos ambitions et notre avenir. En plein milieu du colloque, a eu lieu la journée du 5 mars 2020, la journée de l’Université Ouverte, pendant laquelle se sont réuni·e·s tou·te·s les acteur·rice·s du milieu universitaire, pour dire non à la destruction de l’université publique et pour mettre en valeur la vitalité et l’importance d’une recherche libre et créative6. Mais ce projet de réforme n’était qu’un parmi tant d’autres délétères. Aussi la rue était-elle une nouvelle fois un lieu politique, où s’affrontaient institutions et insoumis·es. Imaginaire et réalité se sont fait face alors qu’il était question de réclamer l’utopie par le pavé. Certaines communications abordent ces enjeux de façon directe ou détournée : place des minorités, répressions policières, colonialisme, lutte des classes… L’espace imaginé est aussi celui qui laisse place à un discours critique, que ce soit à travers la case d’une bande dessinée, un univers audio ou un monde vidéoludique.

Liberté d’expression, mais également liberté de circulation, il en a été question toute l’année. Le colloque nous a réuni·e·s quelques jours seulement avant le confinement sanitaire qui a fait réaliser à chacun la précarité de notre mode de vie. Sortir dans l’espace public est devenu synonyme de prise de risque à bien des égards… Cet espace public, si précieux les semaines précédentes, s’est refermé pour nous laisser dans les lieux clos et forcément plus restreints de l’espace privé. Il a fallu trouver des échappatoires et c’est ainsi que le confinement nous a également rappelé l’importance des espaces imaginés et imaginaires. Beaucoup d’entre nous ont tenu grâce aux étendues virtuelles offertes par les jeux vidéo, la littérature ou par d’autres media, mais aussi par les appels en visio, les forums, les réseaux sociaux. Notre espace collectif s’est dématérialisé d’autant plus fort et d’autant plus vite que les murs se faisaient de plus en plus épais semaine après semaine.

C’est pourquoi les travaux réunis dans cet ouvrage nous semblent être d’une importance capitale. Le colloque a rendu visible la vitalité des jeunes chercheur·euse·s menant des recherches sur les cultures de l’imaginaire et cela s’est traduit par la richesse des objets qu’iels ont abordés pendant ces trois jours et qui vous est transmise dans ces pages. Il n’y est pas ­seulement question d’identifier les enjeux poétiques et artistiques de la représentation de l’espace ; il y est discuté des moyens de se le réapproprier et de le modeler par l’expérimentation permise par la fiction afin de trouver des réponses aux problématiques qui nous préoccupent. L’espace imaginé est celui qui nous ouvre une porte vers l’espace réel. Nous espérons que vous y trouverez matière à réfléchir tout autant qu’à vous divertir.

Le Laboratoire s’est construit comme un passeur de l’imaginaire en faveur des étudiant·e·s. Pourtant, s’il s’est agi de créer un réseau de recherche alternatif, il n’a pas été voulu déconnecté de l’institution universitaire. Aussi avons-nous bénéficié du soutien et de l’expertise de Charline Pluvinet, toujours à nos côtés, et de Gaëlle Debeaux, également maîtresse de conférence en littérature générale et comparée à l’Université Rennes 2, ainsi que de l’accueil bienveillant de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne de Rennes. Merci aux personnels de ce lieu pour leur hospitalité.

Je profite également de cet espace qui m’est offert pour remercier du fond du cœur tou·te·s les membres du Laboratoire pour leur incroyable investissement et leur enthousiasme sans borne. Enfin, un immense merci à Xavier Mauméjean, qui suit nos aventures depuis le tout début et qui a eu l’extrême gentillesse de rédiger l’avant-propos de cet ouvrage.

L’ultime remerciement est pour vous, cher lectorat, qui avez permis que cet objet prenne forme. Au nom de l’association, nous vous souhaitons une belle lecture et un très beau voyage dans nos espaces imaginés.

  1. Voir à cet égard la contribution très importante de Langlet Irène, « Étudier la science-fiction en France aujourd’hui. », ReS Futurae, 2012, n° 1, 2 octobre 2012 [consultée le 15/08/2020]. []
  2. Le terme « ghetto » peut sembler polémique. Mais l’imaginaire s’est construit, en particulier en France, comme sous-culture puis en contre-culture, dans un rapport de forces affiché avec la culture dominante et institutionnelle. Le terme a donc été utilisé très tôt par les agents du milieu. []
  3. Nous pensons notamment ici au novum tel que défini par Suvin Darko, Pour une poétique de la science-fiction, Québec, Presses de l’Université du Québec, Genres et discours,1977. []
  4. Science-fiction, fantasy, fantastique. []
  5. Laboratoire des Imaginaires, « Qu’entend-t-on par “cultures de l’imaginaire” », Le Laboratoire des Imaginaires. Merci à tou·te·s les membres de l’association qui ont activement participé à l’établissement de cette définition, notamment à partir des travaux d’Anne Besson. []
  6. À l’heure où ces lignes sont rédigées, le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (lppr) a été votée en première lecture à l’Assemblée Nationale. Pour plus de détails sur la lutte du milieu universitaire pour sa survie et contre cette réforme qui participe de la destruction d’un service public, voir
    https://universiteouverte.org/. []


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
laboimaginr2 (5 avril 2024). Préface. Laboratoire des Imaginaires. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w66x


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search